Des renforts de poids pour le RCGC

Deux Fidjiens, des joueurs expérimentés et huit jeunes qui montent, l’équipe première du RCGC aura fière allure. Ne manque plus qu’à imprimer une dynamique.

Dire que Yann Dulac voulait voir signer Sokivera Nadialobo et Api Naikatini à Guéret est un doux euphémisme. « Quand j’ai entendu parler de la possibilité de les récupérer, je me suis jeté dessus comme un ours sur une peau de lapin », avoue l’entraîneur de l’équipe, sans se départir de sa traditionnelle gouaille.

Les « Vert et Noir » passent à l’heure fidjienne

Avec le recrutement des deux Fidjiens, le Rugby Club Guérétois a frappé un grand coup sur le marché des transferts. Car les deux hommes sont loin d’être des rigolos et vu leur parcours, ils devraient logiquement surnager au niveau de la Fédérale 3. À ma gauche, Sokiveta Nadialobo, dit « Soki », 1m91, 103 kilogrammes et surnommé Usain Bolt par son coéquipier.

Les muscles saillants et le regard vif, le centre adore le « jeu en passe rapide et aller vite ». Autrement dit, un élément susceptible de rapidement enflammer tout Cher-du-Prat. À 30 ans, il est loin d’être crâmé et s’appuie sur une expérience du haut niveau avec 26 sélections dans l’équipe de Fidji à sept. L’année passée, il a joué une saison complète en Fédérale 1 à Aubenas.

Soki Vilitati Nadialobo apprécie le jeu rapide

À ma droite, Api Naikatini, lui aussi joueur d’Aubenas la saison dernière, il connaît donc déjà très bien son compatriote. 1m97, 114 kilogrammes, il est positionné en deuxième ligne. Son physique massif va apporter ce fameux impact cher à Yann Dulac. Agé de 32 ans, « Api » a joué six matches de Top 14 avec Agen en 2015-2016 et est passé par Brive en 2014.

Mais alors qu’est ce que deux joueurs de cette trempe viennent faire à Guéret ? L’objectif est simple : ils veulent monter en Fédérale 2. « Ils ne sont pas venus pour rien foutre, les deux vont travailler à Noz en même temps et ils vont s’entraîner dur », prévient Yann Dulac. Ont-ils été arrosés par le club financièrement ? Niet selon le coach. « L’année passée, on a recruté des joueurs bien mieux payés qu’eux ». C’est dit.

Peu de surprises au niveau des départs

L’arrivée des deux golgoths fidjiens fait surtout monter d’un cran la pression de Dulac, qui ne peut plus se cacher sur ses ambitions de jouer la montée. « J’ai eu ce que je voulais. Maintenant, c’est à moi d’assumer, je n’ai plus d’excuse. Ca va être un devoir de se montrer dès le 17 juillet pour le premier match ». Surtout que le groupe ne s’est pas étoffé qu’avec deux recrues. Anthony Claveau, ancien pilier du Racing 92, le deuxième Jonathan Enderlin et l’ailier Baptiste Pages rejoignent l’équipe senior. Rayon départs, peu de surprises. Neuf joueurs font leur valise. Parmi eux, Cristian Ionescu, Clément Fontaine et Mathieu Kermel.

Apisai Naikatini a déjà le sourire à l’idée de jouer pour Guéret

En plus du recrutement, la bonne nouvelle de ce mercato pour Yann Dulac, c’est la montée des juniors à l’étage au dessus. « Cette année, on a au moins huit jeunes qui passent en équipe première. Je n’ai jamais vu ça depuis que je suis au club, estime Dulac. L’objectif est de le faire jouer en B pour qu’ils prennent de l’expérience ». Et même à terme qu’ils puissent prétendre régulièrement à une place en équipe A. « Sous deux ans, ils pourront être vraiment compétitifs », abonde Nicolas Puydebois, entraîneur de la B.

 

Un stage au camp militaire de La Courtine

Le recrutement est désormais presque bouclé selon Jean-Claude Tanty, le président du club. « On a encore quelques pistes à explorer pour un première ligne et deux joueurs à l’arrière, mais si on en reste là, on ne sera pas mécontents ». Reste désormais à préparer la saison et Yann Dulac ne va pas ménager ses troupes.

La préparation démarre officiellement le 1er juillet mais certains joueurs sont déjà sur le pont pour un entraînement pas obligatoire mais « fortement conseillé ». Au mois d’août, les Vert et Noir s’apprêtent à jouer quatre matches amicaux. Là aussi, une volonté du coach « L’année passée, les gars en avaient joué que deux et ce n’était pas suffisant ». Le retard à l’allumage du début de saison dernière avait longtemps pesé sur le classement guérétois. Pas question de revivre le même scénario. La cohésion et le coffre physique seront à la base de la préparation. Avec un stage « commando » dans le camp militaire de La Courtine les 9 et 10 septembre. Si avec ça, les joueurs ne se montrent pas conquérants sur le pré…

Romain Conversin